RP "Fondateur" de l'Union Terra Nova : Confédération Terran : La Chute

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

RP "Fondateur" de l'Union Terra Nova : Confédération Terran : La Chute

Message par Invité le Mar 27 Avr - 11:00



Suite aux dernières batailles qui opposèrent les troupes de la Confédération Terran à celle de du clan des Guerriers Ozoïdiens et qui scellèrent la fin de la guerre :


Tout l'Empire était en joie, quoi de plus normal me direz vous : Nous avions gagné !
Sur tout les planètes de la confédérations il était possible d'assister à des manifestations de joie et des parades d'honneur, données par nos armées revenues triomphantes.
Les diplomates et autres ambassadeurs faisaient des allées et venus pour annoncer la nouvelle dans toute la galaxie tandis que les amiraux planétaires s'affairaient à composer un traité de reddition pour les guerriers Ozoïdien. Tout allait donc pour le mieux !

Mais toutes ces célébrations, n'étaient qu'un commencement : La Confédération avait décider de fêter sa victoire comme il se doit, sur la planète Tarsonie, berceau de l'Empire et planète mère de l'empereur Constantin.

Les différents délégations affluaient déjà de toutes les planètes de la confédération pour assister à la cérémonie au cours de laquelle l'empereur et son état major au complet devait faire leur apparition.


Bordure extérieure du 4e Quadrant : Tarsonie


Une voix froide, neutre mais néanmoins féminine sortit de l'intercom :

- Identité confirmé ... Vous avez l'autorisation d'atterrir sur la plateforme : SX-456 ... Bienvenue sur Tarsonie Chroniqueur Onades

Onades ne put s'empêcher de penser à l'époque où se message était transmis par une voie chaleureuse, accueillante et non ces ordinateurs de bords on ne peut plus impersonnel. Et ce fut avec nostalgie qu'il amorça sa descente vers le spatioport.
Alors que la navette de classe jumper évoluait gracieusement dans l'atmosphère, l'intercom se mit à grésiller :

- Chroniqueur Onades ?
- Oui, plait-il ?
- L'était major souhaiterai vous voir. Vous êtes tenu de vous présenter au palais impérial de toute urgence.
- Est il possible de connaitre la raison de cet entretient ?
- Il semblerait qu'ils aient une information de la plus haute importance à vous transmettre.
- Entendu, dites leur que j'arrive le plus vite possible.
- A vos ordres .

Cet transmission perturba Onades : Mais que pouvait-il y avoir de si important pour que l'état major le convoque. De plus, sa visite était purement diplomatique, comme celle du reste des membres de l'empire.
Pour qu'une réunion exceptionnelle s'improvise de la sorte il devait y avoir quelque chose ... et ce ne serait surement pas une bonne nouvelle !

Tandis que, la navette se posait sur la plateforme d'atterrissage, cette dernière fut subitement submergée sous un flot humain.
Ce qu'Onades prit dans un premier temps pour un comité de bienvenue se releva être ni plus ni moins qu'une garde rapproché ... Ce ne serai surement pas une bonne nouvelle. Onades se positionna donc dans le sas prêt à sortir.

Mais, à peine les vérins hydrauliques avaient-ils amorcés l'ouverture de la porte que ,que l'on pu entendre des bruits aiguës, semblables à des lasers sifflants dans l'atmosphère suivi de plusieurs cri :

- A couvert, sortez vos fusil à positons. Déployez l'écran de protection. allé, GO GO GO !!!

Il ne fallu pas longtemps au commissaire pour comprendre qu'il s'agissait là d'une embuscade et, sans sourciller, il fit demi tour en direction du panneau de contrôle et enclencha la procédure d'urgence.
Aussitôt, le bouclier magnétique de son jumper s'éleva, formant un dôme d'un bleu azur autour du vaisseau. Après quelques secondes de manipulation, le chroniqueur réussit à étendre le bouclier à l'ensemble de la plateforme.
La porte du sas arrière finit de s'abaisser et Onades appela :

- Quel est l'officier en charge de cette unité ?
- C'est moi monsieur, lieutenant Enola Resal. Comme vous avez pu le constaté, notre présence est totalement légitime.
- En effet, merci. Pouvez me renseigner sur la situation, ou bien dois je en déduire que le protocole à quelques peu changé et que j'assiste là à l'accueil qui m'est réservé ?
- Les seules chose que je puis vous dire commissaire c'est qu'il s'agit là d'un attentat terroriste et que nous avons ordre de vous escorter jusqu'au palais sain et sauf.
- J'imagine que je recevrai du plus amples information une fois arrivé au Palais. Bon très bien, maintenant que nos assaillants semblent avoir pris la fuite nous devrions pouvoir prendre le chemin du centre gouvernemental et croiser les doigts pour ne pas avoir à essuyer une autre embuscade.

Comme pour se rassurer la main d'Onades glissa en direction de son blaster électromagnétique : Cet arme avait voulu allier le style des pistolets d'autrefois avec la puissance d'une arme feu de nouvelle génération. Le résultat avait été assez concluant. C'était un cadeau auquel le commissaire tenait beaucoup et qui l'avait tiré de bien de mauvaises situations.

La route jusqu'au Palais se déroula sans encombre, et malgré la présence de ridicules hublots en guise de fenêtres, Onades put observer à quel point la capitale avait été décorée :
Même les plus viles structures de Scor'acier avaient été nettoyées, polis et réfléchissaient désormais les rayons des deux soleils de la planète contribuant ainsi à plonger la ville dans un bain de lumière.

Le véhicule s'immobilisa soudain mais le conducteur fit signe de ne pas descendre. Il s'agissait d'un barrage de sécurité installé à quelques lieux du palais.
Bon sang, la nouvelle allait être fichtrement mauvaise ! Pensa le Chroniqueur
Le chauffeur reprit pour enfin immobiliser le blindé 5 minutes plus tard. Cette fois il ne faisait aucun doute, il était dans la cour avant du centre gouvernemental.
Onades entrepris d'ouvrir la portière afin de contempler le palais :

L'édifice devait avoir déjà près de deux siècles et n'en restait pas moins à la mode tant il était avant gardiste à l'époque de son édification.
Le bâtiments était composé de 4 ailes unis par un hall central au dessus duquel on avait installé la salle de conférence, une pièce hexagonale surplombé d'un toit dont la pointe s'élevait élégamment en direction du ciel, bien au dessus de n'importe quel autre bâtiment de la ville.
La façade principale était flanquée 5 colonnes taillées dans le tryconium le plus pur. Une par planète. Sur chacune d'entre elle, était gravée l'histoire de la colonie qu'elle symbolisait, de l'arrivée des colons, en passant par les possibles coup d'état jusqu'aux batailles contre les guerriers Ozoïdiens.
Les portes en néo-métal étaient surveillées par 24 soldats de la redoutable garde impériale. Leur uniforme n'étaient pas sans évoquer ceux de la garde prétorienne des empereur romain de jadis.

Onades escalada les marches du palais pour se présenter devant les gardes lourdement armés.

- Contrôle d'identité. Veuillez s'il vous plait approchez votre œil du scanner rétinien et soufflez votre mot de passe à module de reconnaissance vocale.

Le chroniqueur s'exécuta, et bien que déçu par ses mesures de sécurités il ne put que les approuver après l'événement du spatioport. Effectivement, avec une telle surveillance, qui pourrait croire que nous ne sommes plus en guerre....

Le hall central était à l'image du reste du palais. Lumineux, spacieux, décoré sobrement mais avec toute la classe que doit avoir un bâtiment ayant son statut..
Onades emprunta l'escalier principale, abandonnant, à son plus grand soulagement, sa garde rapprochée, signe qu'il ne courait plus aucun danger.
Une fois arrivé au premier étage, il s'avança dans le long couloir menant à la salle de conférence.
Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'il constata que tout les siège, hormis le siens, étaient occupés, l'était major au grand complet.

Constantin pris la parole :

- Bien, nous voilà enfin tous réunis, Commissaire, veuillez prendre place s'il vous plait. Je vous ai convoqué afin de vous part de mes inquiétudes. Je sais que nous devions simplement célébrer notre victoire mais ces ...Ozoïdiens ont décidé qu'il serait autrement.
J'ai reçu des messages de leur part faisant état de différents attaques terroristes qu'ils lanceraient à l'encontre des divers personnes ici présentes, moi y compris, au cours de la cérémonie.
Au vu du rapport qu'on me fait de votre arrivée commissaire, je suis fier de ne pas avoir ignoré ces menaces.
Cependant nous n'allons pas nous laisser faire, ces vils actes de terrorisme ne sont que les derniers cris d'agonie d'une bête blessée voulant infliger le plus de dégât à son assaillant avant de sombrer. Nous allons maintenir la cérémonie !

Divers chuchotement se propagèrent à travers l'assemblée et se fut le Général Pilbert qui se leva pour prendre la parole :

- Mais, mon Empereur, avec tout le respect que je vous dois et en tant que chef des armées et donc de la sécurité de l'empire, ne serait - il pas plus sage de remettre la cérémonie. Après tout, la sauvegarde de votre personne fait également partie des mes missions !

Le trésorier impériale, Enehc prit la parole à son tour :

- Je suis de l'avis de Pilbert, nous avons pus constater que la menace est bien réel, et Onades l'a appris à ses dépend.

Ce à quoi le cartographe de la confédération Sanghren répondit :

- Sans compter qu'avec le nombre de personne que l'événement à attirer il sera impossible de contrôler tout le monde.

Après un moment, le Général Xender brisa le silence :

- Ce n'est pas de la mauvaise foi, nous avons confiance en vous empereur, mais vous perdre serait un tel désastre pour l'empire, cela viendrait vraiment tenir le tableau si lumineux qui s'offrait à nous il y a encore quelques jours.

Un murmure d'approbation se fit entendre dans la salle. Et l'empereur repris la parole:

- J'entends ce que vous dites et je peux dire que votre sollicitude me touche mais, je prend ce risque. J'ai déjà pris toutes les dispositions pour sécuriser la cérémonie. Tout ce passera pour le mieux, je vous l'assure.
A présent, gagnez vos quartiers, je vous ai fait aménager des chambres dans le palais, les droïdes vous y mèneront. Reposez vous bien, et soyez prêt pour demain.

Et voyant l'appréhension générale il ajouta :

- Et si la fin de cette conversation ne vous convient, considérez mon invitation comme un ordre directe de votre souverain.

Ce fut à contre cœur que les confédérés quittèrent la salle, mais après tout, Constantin, l'empereur, avait peut être raison, il fallait lui faire confiance.
A son réveil, Onades ne put s'empêcher d'espérer que les événements d'hier n'avaient été qu'un mauvais rêve mais à peine eut-il ouvert la fenêtre que le bruit des FX – 307, les hélicoptères tactiques survolant le palais, ainsi que l'agitation qui régnait dans la cours le ramena à la dure réalité.
Il se dirigea donc vers son armoire afin d'y prendre son uniforme de cérémonie car l'était major défilerai en uniforme de guerre, il paraitrai même qu'Amerlock allait parader avec son booster de guerre, une sorte de Harley Davidson désuée, bruyante mais dont on ne pouvait remettre en cause l'efficacité :

Il enfila tout d'abord sa combinaison de polyéthyl-lycra, vêtement originaire de Tyros. Il s'agit d'une seconde peau qui maintient le corps à une température constante et ce quel que soit la température extérieure et même si elle est faite pour des planètes aux conditions extrêmes, telle que Tyros, il faut admettre qu'il est très confortable de la porter sur n'importe quelle autre planète.
Il passa ensuite les divers éléments de sa cuirasse de plast'acier bleu et blanche, aux couleurs de sa nation, accrocha une cape azur au plastron de son armure, pris son heaume à la main, enfila sa chevalière où étaient frappées les armoiries de l'empire et accrocha à sa ceinture le blaster auquel il tenait tant, sait on jamais, aussi fidèle camarade pourrait encore une fois être bien utile !

Tout l'état major de la confédération se retrouva à 9h tapante dans le grand hall du palais. Depuis ce dernier, il se rendrai dans la cours, gagnerait leur véhicules blindés respectifs afin d'atteindre le lieu où commencerai le défilé.
Le chemin se déroula sans encombre, et petit à petit, tout l'état major se sentit en confiance, après tout, Constantin avait déployé des mesures de sécurité impressionnantes, et il semblait impossible de briser les cordons de sécurités ou échapper à la vigilance des FX-307 qui patrouillait, à l'affut du moindre signe suspect.

Une fois le podium atteint, Whitesoul chuchota à l'oreille d'Onades :

- En tout cas, on ne pourra pas dire qu'on à pas fait les choses en grand !

Effectivement, la scène était de celles qui vous coupent le souffle ! Une esplanade de près de 300m² trônait en amont de la rue principale de la capitale et devant elle s'étendaient sur des kilomètres et des kilomètres des banquettes auto-portés, des loges à stabilisateurs inertiels privés, et pour les moins fortunés, les tribunes de l'état qui surplombaient chaque coté de la rue.
Voir une telle foule rassemblée avait quelque chose de grisant et en même temps réconfortant. Voilà toutes les personnes pour qui nous nous sommes battu et aujourd'hui, elles nous rendent hommage !

La parade commença par le discours d'ouverture du premier ministre de Tarsonie suivi par l'hymne de la confédération interprété par l'orchestre poly symphonique du Weldenwarden.
Une fois les formalité passés, la parade pu commencer :

Constantin s'était équipé d'une sorte capsule auto-portée mais qui était bien plus grande que la normale, on aurait dit une sorte de cockpit de vaisseau. Le connaissant il avait du faire renforcer le blindage de cette dernière avec de l'astro'verre renforcé de dernière génération, sans compter les les divers drones de combat déguisé en drone-média qui voletait tout autour de lui. Sans compter les moyens moins discret que Constantin avait déployé.
Pour finaliser tout ça, toute la flotte de combat de la Confédération était présente en orbite autour de Tarsonie.
Finalement tout devrait bien se passer.

L'état major défilait, contemplant la foule depuis la plateforme mobile aménagée pour l'occasion lorsque soudain, horreur, l'impossible se produisit :

L'ennemi n'avait que faire de tout les moyens de défenses mis en œuvre par l'Empire, au contraire, il comptait dessus pour que, confiant dans les moyens mis en œuvre, tout l'état majeur et surtout, l'empereur, sorte à découvert.
L'ennemi avait acquis, surement auprès d'un Empire supérieure sur le plan technologique, un EMP : c'est à dire une bombe, génératrice d'onde électromagnétiques, ce qui eu pour effet le black out complet de tout les systèmes électroniques dans un rayon de 1,5 km.

Tout les modules auto-portés, ou à stabilisateurs inertiels tombèrent au sol dans un fracas assourdissant, les hélicoptères ayant perdu leur système de navigation eurent un moment d'égarement, les drones de protection de l'empereur tombèrent comme des insecte sur lesquels on pulvérise un insecticide mais quelque chose d'étrange ce produisit, le module pourtant auto porté de Constantin, chuta de quelques mètres mais au lieu de s'écraser sur le sol, il alla heurter une des façades de bâtiments qui flanquaient la rue.....même si la situation aurait pu être pire, l'empereur perdit connaissance sous le choc.
C'est là que nous apparu son plan , notre empereur avait prévu qu'on puisse neutraliser son système électronique, son module devait être suspendu par un câble de polymère de zyrgon, matière translucide, qui lorsqu'elle est traité, est aussi résistante et souple que du plast'acier. Son plan avait été couronné d'un succès modéré puisqu'il était à présent vulnérable même si vivant.

Tout l'état major dégaina en même temps afin de chercher la localisation des éventuels terroristes lorsqu'une vague d'Ozoïdien sortir de l'intérieur d'une des tribunes publiques, comment avaient ils pu franchir les dispositifs de sécurité, cela reste encore un mystère aujourd'hui mais le fait est que le combat s'engagea entre les Terrans et les Ozoïdiens.

Le général Amerlock enfourcha son booster : ce dernier étant un vieil engin, donc partiellement électronique, ne fut que peu affecté et lui permis de couvrir ses camarades depuis une position surélevée. Sentant la peur s'insinuer chez les hommes il dit : Le général macarthur à dit, C'est une erreur fatale d'entrer en guerre sans la volonté de gagner. , alors mes amis, que le courage et la détermination vous portent ! Pour l'Empire, pour Constantin !

Xender, Whitesoul et Onades se positionnèrent en triangle dos à dos afin de couvrir les différents angles d'arrivées des ennemis pour protéger la manœuvre de Pilbert, Sanghren et Enhec qui se dirigeaient vers le module de Constantin pour lui porter assistance.

Plusieurs explosions retentirent : Elles venaient de différents endroits de la ville tel que le sénat, le parlement et bien sur le palais impériale ! Cela voulait-il dire qu'en plus d'attaquer le souverain, ils s'en prendraient à tous les bâtiments politique de cette planète?!
Alors que les tirs fusaient et que tout les autres membres de la confédération entamaient le combat contre les ennemis le sol trembla faisant chuter de la plateforme plusieurs Ozoïdiens.

Puis, sortit de nulle part, trois Ozoïdiens portant sur leur dos des jet packs s'envolèrent en direction du module impériale. Mais, ils ne tardèrent pas à tâter des fusils à impulsions du général Pilbert qui s'étaient chargés d'eux tandis qu'Enhec et Sanghren continuaient à courir en direction de Constantin.

Lorsque Whitesoul et Onades abattirent ce qui semblait être le dernier Ozoïdien une explosion retentit, suivi d'un cri à vous glacer l'échine. Le module de Constantin venait d'exploser...
Un Ozoïdien embusqué, armé d'un jet-pack s'était lancé en direction du module dans une dernière opération kamikaze....

Sanghren et Enhec atteignirent le module de Constantin à présent tombé au sol, où l'explosion, malgré les grandes brulures provoquées, avait fait reprendre ses esprits à ce dernier.
Les voyants arriver, il murmura :

- L'empire ne doit pas tomber à cause de cela, je veux que vous résistiez en cette heure sombre, ne pliez surtout pas, ça leur ferait trop plaisir...

Et dans un dernier râle, il évanouit....

Le bilan de cette journée : Le centre gouvernemental avait été piégé, puis détruit, l'empereur était dans un état de santé tellement grave qu'il avait fallu le plonger dans un coma cryogénique afin de lui laisser une chance d'un jour peut-être se rétablir, cependant sans grand espoir.

Suite à une réunion de l'état major, il fut décider que le nouveau centre gouvernemental serait établi à Thaur Iath, sur Weldenvarden, la planète du chancelier Sanghren.
Les nations de la Confédération s'uniraient dans une alliance nouvelle, car reprendre le nom de confédération serait usurper l'institution crée par Constantin et c'est ainsi qu'un nouvel empire fut établi :

Union Terra Nova, est un empire progressiste indépendant ayant pour but de produire et diffuser des solutions politiques innovantes à travers la galaxie à moins que les recours diplomatique s'épuisent auquel cas, ce serait avec la puissance d'une Supernova que l'empire anéantirait ses ennemis.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Suite

Message par Invité le Mar 27 Avr - 11:02

Depuis la chute de Constantin, les sénateurs, ambassadeurs et autres politiciens véreux s'étaient mis en tête de profiter de son absence pour renverser le pouvoir militaire en place.
Ainsi, de part et d'autre de l'Empire, les assemblées d'hommes politiques avaient commencer à se réunir en coalition afin créer des groupes d'influences



Sanghren ne savait plus où donner de la tête : Il croulait sous les pamphlets qui accablaient l'empire de tout les maux, sous des textes de lois qui visaient uniquement à enrayer la machine politique de l'empire sans oublier la récente déclaration de guerre qui gisait sur son bureau.
Qui plus est, on pouvait constater des dissensions au sein même de l'état major lorsque ses membres abordaient le futur du nouvel Imperium.
Alors qu'il cherchait une solution à ses problème, Sanghren fut tiré de ses pensées par l'irruption d'un officier :

- Chancelier ! Nous avons reçu des nouvelles concernant l'état de Constantin !

Se pourrait-il que ..... Ce serai la rétablissement de l'ordre au sein de l'Empire ! Cependant une autre pensée traversa son esprit !

- Et bien qu'attend tu, transmet moi le message, répondit-il calmement

Mais malgré cette neutralité feinte, on pouvait voir la fébrilité transparaitre chez le chancelier.

- A vrai dire, ils sont venus transmettre le message en personne mon seigneur...

L'équipe médicale au complet entra alors dans la pièces et prit place devant Sanghren. Si elle était là ça ne pouvait qu'être pour une bonne nouvelle, c'est impossible qu'il en soit autrement, pensa t-il. Le médecin en chef prit alors la parole :

- Ces derniers jours, l'état de Constantin c'était dégradé, son corps, probablement trop mal en point, supportait mal la cryogénisation. Et hier, nous avons donc du le tirer de son cryo-coma. Tout se présentait on ne peut mieux, son organisme récupérait très vite, ses fonctions vitales se stabilisaient, nous pensions qu'il récupèrerait sa conscience d'ici peu mais.....

- Comment ça MAIS ?! Hurla indigné Sanghren.

- Et bien, sans savoir pourquoi ni comment, son corps à commencé à lâcher...nous avons tous essayé, nous avons remplacé tout les tissus abimés, les organes défectueux, nous avons synthétisés du sang à partir de prélèvement et par la suite transfusé pour éviter tout rejet mais rien à faire. L'empereur Constantin est décédé ce matin à 11h09...nous sommes vraiment désolé.

Sanghren n'en revenait pas... Il congédia les médecins ainsi que l'officier et alla s'asseoir derrière son bureau.
Sans perdre de temps il communiqua la nouvelle aux différents membres d'état major mais une fois cette action finie, il déconnecta son ordinateur. Sanghren avait besoin de temps pour réfléchir à ce que cela allait impliquer.
Il croisa lentement ses mains et les place sous son menton lorsque, quelque chose attira son attention sur le bureau. Les médecins avaient laissé une disquette à son attention.

Sanghren l'introduit alors dans le lecteur et fut sidéré de voir ce qui y avait été codé : Il s'agissait du testament de Constantin.
Le texte y précisait qu'en cas de décès, il léguait les rennes de l'empire à son cartographe, à savoir Sanghren et qu'il laissait à ce dernier tout pouvoir sur l'empire.
Dans un but d'équité il confiait le trésor impérial à Amerlock, lui laissant le soin de choisir si Sanghren pouvait en disposer ou non, même si son choix ne faisait aucun doute car Constantin avait du prévoir cela sachant qu'il n'y aurais pas de dissension entre les deux hommes.

Tout les soucis du chancelier semblaient s'évanouir, les magouilles des politiciens prendraient fins puisqu'il avait désormais les plein pouvoir et ce de manière officielle !
Il pouvait donc se recentrer sur la guerre et, désormais, il savait ce qu'il lui restait à faire. Dans un magnifique mouvement de cape il se leva, entra quelques coordonnées dans le système de navigation de son générateur de mini-trou de vers et pris la direction du passage que ce dernier venait d'ouvrir : Il convoquait l'état major et il y allait avoir de l'action !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: RP "Fondateur" de l'Union Terra Nova : Confédération Terran : La Chute

Message par Invité le Dim 2 Mai - 9:51

Bravo, j'aime beaucoup !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: RP "Fondateur" de l'Union Terra Nova : Confédération Terran : La Chute

Message par Invité le Dim 2 Mai - 12:01

Je transmettrai à Onades , notre Chroniqueur Impérial !

Merci : )

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: RP "Fondateur" de l'Union Terra Nova : Confédération Terran : La Chute

Message par Cega le Dim 2 Mai - 14:29

Félicitations !!
avatar
Cega

Messages : 6490
Date d'inscription : 20/10/2009
Age : 103
Localisation : Earth or Moon

Revenir en haut Aller en bas

Re: RP "Fondateur" de l'Union Terra Nova : Confédération Terran : La Chute

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum